La vie en Argentine

Publié le par iamcarriebradshaw

Cela fait maintenant 6 mois que je vis à Buenos Aires, alors autant dire qu'aujourd'hui je me sens un peu moins touriste.

Le soleil et le ciel bleu tous les jours, même en hiver, quel bohneur ! Il faut dire que ce pays n'a pas fini de me surprendre par sa culture, ses paysages, sa société et la grandeur immense du territoire.

 

Bon, c'est bien beau le ciel bleu, mais on vit de quoi ?

 

Alors voila, après tout ce temps je commence à comprendre la société, la vie de gens d'ici, leurs inquiétudes, leurs manifestations, et même si au début je me penchais sur les bons côtés que détiens ce pays, c'est parce que selon mon expérience, toutes les sociétés sont malades, il y a des choses qui vont mal partout, n'est-ce pas ? Ca a toujours était ainsi et ça le sera toujours. Et puis, il faut dire, que je me suis expatrié en Argentine, à un moment ou mon pays est très sévèrement touché par une crise financière que ne se finit pas. Alors bon, les problèmes de société j'en ai pleins chez moi, je viens ici pour découvrir comment c'est et même si les gens s'acharnent à m'expliquer que les choses vont mal, que c'est le tiers monde, et que je viens du 1er monde, l'Argentine ne pourra jamais égaler la France et bien moi, je me bouche les oreilles, je vois par moi même, j'apprécie tout ce qu'il y a ici que je n'ai pas dans mon pays et j'apprends a vivre sans beaucoup de choses.. et disons que tout va bien pour moi. Je suis contente, ici au moins j'ai un travail, j'étudie, j'ai des amis et même le petit copain le plus génial de toute la terre.. ah et aussi le soleil !

Alors les manques ne se font pas ressentir et je vis cette nouvelle vie sans tout ce que j'avais avant, mais avec tout ce que j'ai aujourd'hui et que je n'avais pas la-bas.

 

Et puis les mois passent, ma vie se transforment petit à petit sans que je ne m'en aperçoive. Mes conditions de vie sont les mêmes que les locaux ici, les même galères hein. Beaucoup d'expats partent avec de grosses économies, pour subvenir a leurs besoins tout le temps de leur expatriation, des économies en euros ou en dollars, qui couvrirons loyer, bouffe, voyages etc. Il faut être fou pour travailler ici, ne rien gagner, et en plus en pesos argentin. Comme moi quoi 

 

Alors la société je la connais de plus en plus, je la vis tous les jours. Je subis les galères financières, la montée des prix permanente, l'accès a rien, les transports en communs qui ne marchent pas et dans lesquels on risque sa vie chaque jours, l'indifférence totale du gouvernement face aux problèmes du peuple, le vide totale d'importation internationale, cette monnaie qui ne vaut rien et qui est dévalué en permanence, les galères que les gens ont pour voyager en partie lié au fait qu'ils n'ont pas d'accès aux monnaies étrangères, la corruption, les gens qui ne font pas leurs boulots, les vols, les aggressions.. L'ARGENTINE !

 

J'apprends sur ce pays et son fonctionnement assez étrange un peu plus chaques jours, autant qu'avant j'avais les yeux bandés et j'étais pas ouverte aux discours négatifs que les citoyens pouvaient avoir, autant aujourd'hui je suis forcé de les comprendre. C'est comme un autre monde, tout marche différemment, et c'est pas pour le mieu, alors j'en viens toujours a la même conclusion, POURQUOI ?

Des réponses il y en a des tonnes, on pourrait blamer beaucoup de personnes, et j'en suis pas encore arriver a ce stade de comprendre tous les pourquois, si encore, il existe une vérité a ce sujet, je laisserai a chacun le libre arbitre de se faire sa propre conclusion. Mais commençons problèmes par problèmes que l'on peut rencontrer en vivant ici, mais vous inquiétez pas le ciel est toujours bleu et le soleil au rendez-vous.

 

L'ECONOMIE :

 

Certainement un des plus gros soucis du pays. Les salaires sont très bas, le cout de la vie très élevé, et l'inflation est d'environ 30% par an. Ce qui veut dire, qu'en décembre par rapport au janvier de la même année, on peut s'acheter 30% de choses en moins ! Comprenez un peu la colère des gens. Le salaire moyen, pour environ 8-9h de boulot par jours, avec seulement 2 semaines de vacances par an (les 5 premières années de travail) est d'environ 600euros. Alors imaginez travailler autant, avoir les même prix qu'en Europe voir plus cher et n'avoir que 600 euros. A savoir aussi que les loyers très élevés, sont environ la moitié de votre salaire. Dur, dur la vie !

La raison : L'Argentine étant un pays très endetté, et ayant traversé différentes politiques ces dernières 20 années, et une grosse crise financière en 2001; a du mal a se relevé. La politique du moment, c'est de dévalué la monnaie en permanence pour réduire la dette, et d'augmenter les prix (l'inflation) et les taxes pour rembourser au plus vite. Et bien sur, c'est le peuple qui trinque. Economiquement le pays n'est pas stable du tout, c'est comme si ils étaient en crise en permanence. Aussi, ils attendent une " vraie " crise environ tous les 7-10ans, et les gens sentent la prochaine pour bientôt. Le problème de l'inflation et de la dévaluation de la monnaie, c'est que personne n'en veut du pesos argentin et il est impossible de faire des économies. Imaginez que vous vouliez vous offrir un vélo qui coute 1000 pesos, ça vous prendra des mois et des mois pour obtenir cette somme, et même peut-être toute la vie, parce que le jours ou vous aurez fini d'économiser, votre vélo aura subi l'inflation et n'aura plus la même valeur. Imaginez qu'entre janvier et décembre vous aviez économiser 1000 pesos, et bien vous aurez perdu 30% dessus, donc arriver en décembre c'est comme si vous aviez un pouvoir d'achat de 300pesos par rapport à janvier dernier.

Alors dans ces conditions, vous pouvez vous imaginez que les gens se ruent vers des monnaies " stables " pour faire des économies. Tout le monde fesaient des économies en dollars US majoritairement, mais le gouvernement actuel a interdit l'accès aux devises étrangères, ce qui aussi, les amènent a un problème pour voyager à l'extérieur du pays.

Essayez d'echanger vos pesos argentins à l'étranger et vous verrez qu'on vous les achetera rien du tout, donc une grosse somme d'argent en argentine se transforme en presque rien en dehors des frontières.

 

VOYAGER :

 

 Commençons sur le fait qu'il y a un tarif résident et un tarif étranger. Et c'est pas une petite différence, prenons par exemple le parc national d'Iguazu, les entrées pour ceux qui ne detiennent pas un DNI (papier d'identité argentin), est plus du double du prix pour un citoyen du pays. Les vols intérieurs sont souvent plus chers que pour aller vers un autre pays, et une fois encore, surtout si vous n'êtes pas résident. Aller à Ushuaia a la pointe sud du pays, peut devenir même plus cher que d'aller en Europe. Bon heureusement, il reste la solution des bus, mais encore une fois, il faut être prudent, en effet, à Buenos Aires par exemple, la gare routière se trouve en pleins bidonville, ce qui vous empêche de prendre des bus de nuit, parce que la c'est le dépouillage assuré. Et les tickets sont quand même assez cher, et si vous voulez tenter la traversée des Andes l'hiver, ne réservez surtout pas vos billets à l'avance, en effet ils ferment la frontière dès qu'il neige un peu trop, et ce pour plusieurs jours d'affilés parfois (j'en ai personellement fait les frais). Pour voyager dans ce pays qui détiens de nombreuses merveilles, il faut beaucoup d'économies ! Bien sur, le fait de ne pouvoir obtenir de monnaie étrangère pose un gros problème pour pouvoir sortir du pays. Malgrès tout, les gens les plus riches ici, partent souvent en vacance à l'étranger, à Miami ou en Europe, car la vie est moins cher, et le voyage peut l'être aussi. Seul problème reste de se procurer ces fameux billets verts. Et pour beaucoup d'autre, la majorité, voyager est impossible.

 

LES TRANSPORTS EN COMMUN :

 

Le point positif, c'est que les tarifs sont très bas. Le gouvernement finance en grande partie les transports en commun pour les rendre accessibles a tout le monde, le problème c'est que ces compagnie en ne fesant aucun bénéfices, et certainement avec une grande indifférence envers les gens, ne font aucunes rénovations ou investissements. Les trains sont dans un piteux état, on ne sait jamais quand le prochain arrivera et en général ça prendra 20-30min, il est fort possible que vous restiez coincé sur le quai, parce que le train est pleins à craquer, et encore plus si vous ne voulez pas passer la prochaine demi-heure coincé entre deux aisselles et faillir de tomber a chaques fois que le train freine, (sans mentionné les pickpockets). Vous prenez aussi le risque de mourir en montant dans ces trains, il y a souvent des accidents mortels, le dernier date de 3 semaines, et le gouvernement ne fais rien, la présidente se chargera même de dire que vous vous trouviez au mauvais endroit au mauvais moment. Bon parfois pour faire croire qu'ils font des travaux sur les trains, ils y mettent une nouvelle couche de peinture. Les bus ne sont pas mieux, ne vous attendez pas a ce que le chauffeur s'arrête à chaque fois que vous lui faite signe, si il n'a pas envie de s'arrêter il ne le fera pas. Si par malchance, il y a beaucoup de traffique a cause d'une manifestation ou autre, le chauffeur sera bien enervé et appuyera sur le champignon comme si sa vie en dépendait. Parfois ils se trompent dans le montant qu'ils vous charge et il ne peuvent pas vous rembourser, et vous le font savoir d'un air très désolant (Ironique). Chose que j'ai aussi vu, le chauffeur qui fume dans le bus (récemment), le chauffeur qui s'arrête et sors du bus pour aller acheter ses clopes, le chauffeurs qui grillent tous les feux rouges sur une avenue, le chauffeur qui s'engeule avec une passagère, le chauffeur qui vient accompagner de sa petites copine. Le métro, a peu près la même chose que pour le train, a part qu'il y en a plus souvent, et qu'il y a plus de pickpockets ! Et enfin le taxi (ou remis), ne vous attendez pas au luxe, ils conduisent comme des fous, vous aurez l'impression de mourir, ajoutez a cela, que le chauffeur ne manquera pas de vous raconter sa vie, et ses déboires (sexuels), vous serez heureux une fois sorti sain et sauf.

 

Une dernière chose pour clore cet article, il est interdit et impossible d'acheter plus de deux paquets de sucre, farine ou de bouteilles d'huile a la fois. Mais il fait beau 

 

Tout ça est du majoritairement a la politique du pays, ou plus globalement la politique de l'Amérique du Sud. Si vous avez des recommendations de livres, films ou autre sur l'histoire de ce continent, n'hésitez pas à laisser un commentaire (ou pour tout autre chose d'ailleurs).

 

Commenter cet article